LES PROJETS VIS-À-VIS DES PROCHES AIDANTS

Accompagner une personne en situation palliative est toujours une épreuve pour les proches aidants qui peut même les exposer à des altérations graves de leur propre santé. Aussi ont ils besoin d’être accompagnés. La démarche palliative les inclut comme sujets de soins. Mais ils sont aussi des acteurs de soin, dont l’implication est déterminante pour la qualité de l’accompagnement de leurs proches en situation palliative. Leur investissement se fait majeur en cas de maintien à domicile, projet désiré par 80 % des personnes en situation palliative, et promu par les politiques publiques.
Un soutien adéquat des proches aidants favorise le retour ou le maintien à domicile des personnes en situation palliative, améliore la qualité de vie tout au long de la trajectoire des patients, prévient l’épuisement des proches et participe au mieux-être des aidés.

Les proches aidants sont en attente d’informations adéquates sur la maladie de leur proche et ses évolutions prévisibles, afin de communiquer et d’interagir avec les soignants de façon plus satisfaisante. Pour mieux appréhender et gérer le quotidien, ils ont besoin :

  • de savoir repérer et évaluer les éventuelles situations de déséquilibre,
  • d’acquérir des habilités pour effectuer des soins de bien-être, voire de participer à des soins plus techniques.

Ils attendent un soutien qui se traduit non seulement par :

  • un accompagnement relationnel voire psychologique,
  • mais aussi par une aide pour mieux mobiliser et valoriser leurs propres ressources
  • des aides pour apprendre à respecter leurs limites afin d’éviter l’épuisement.

Soutien des proches aidants de personnes en situation palliative couplé a un accueil de celles-ci

Pour soutenir les proches aidants de personnes en situation palliative, l’ASPM met en place pour eux une formation. La particularité consiste en l’accueil simultané des personnes en situation palliative avec découverte d’approches non médicamenteuses pour améliorer leur bien-être.

La solution la plus souvent proposée qui consiste  à soustraire la personne en soins palliatifs de son domicile en l’hospitalisant ou en l’hébergeant quelques jours pour soulager les proches aidants a montré ses limites. Souvent, les aidants, envahis par un fort sentiment de culpabilité, suivent l’être cher à l’hôpital ou en institution et restent à son chevet en permanence.
Le projet propose une triple action :

1. Sortir l’aidant du domicile pour suivre une formation de deux jours non consécutifs

2. Sortir aussi l’aidé du contexte du domicile ; il sera pris en charge par une structure ad hoc pendant les deux jours de formation de l’aidant. La prise en charge du transport sanitaire sera effectuée par l’ASPM.

NB : Dans le cas où le déplacement de l’aidé s’avérerait impossible, il sera mis en place une garde à domicile.

3. Assurer un suivi des proches aidants en intersession par des bénévoles sensibilisés à l’accompagnement des aidants et encadrés par des professionnels

 

Accompagnement du deuil

Après le décès de la personne incluse au réseau Wouspel, les proches peuvent bénéficier d’un accompagnement individuel du deuil à domicile ou au siège de l’ASPM.

Un accompagnement en groupe sera bientôt proposé  en partenariat avec U2AM.

« An ti Kosé », sera un espace de parole et un temps de rencontre conviviale entre endeuillé animé par un psychothérapeute et des bénévoles.